Royaume-Uni : un premier groupe de défense des professionnels du jeu vidéo

Royaume-Uni : un premier groupe de défense des professionnels du jeu vidéo

16 décembre 2018 Non Par Michaël Bertiaux

Les conditions de travail dans l’industrie des jeux vidéo ne sont pas toujours reluisantes. Heures supplémentaires nombreuses, contrats aux clauses douteuses et plusieurs autres problèmes affligent les professionnels depuis des années. C’est dans ce contexte qu’est né le Games Workers Unite au Royaume-Uni, premier groupe de défense des travailleurs de l’industrie des jeux vidéo.

« D’aussi loin que je me souvienne, il était considéré normal pour les travailleurs d’endurer des contrats zéro-heures, du temps supplémentaire excessif et non payé, voire du sexisme et de l’homophobie comme coûts nécessaires à payer pour avoir le priviège de travailler dans l’industrie », a déclaré Dec Peach, fondateur de Games Workers Unite.

Comme premier objectif, M. Peach et les autres membres fondateurs désirent s’attaquer à l’épineuse question du crunch, c’est-à-dire les heures supplémentaires non payées qui touchent la plupart des studios. Un sondage mené par l’International Games Developers’ Association (IGDA) en 2016 révélait que 51 % des développeurs de jeux vidéo devaient vivre avec cette pratique. Les longues heures de travail ne sont pas sans conséquence : le burnout est commun dans cette industrie, au point où les professionnels quitteraient leur poste après environ 5 ans. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs sauté d’une boîte à l’autre dans l’espoir de trouver mieux.

Avec des controverses comme le GamerGate qui a exacerbé un côté sombre de l’industrie, on aurait pu croire une réaction plus rapide. La création d’un groupe de défense (à ne pas confondre avec syndicat) aiderait justement à endiguer les mauvais traitements dont les groupes minoritaires et les femmes sont la cible. Peu importe le métier, les professionnels de l’industrie sont invités à rejoindre Games Workers Unite pour être entendus.

Le pricipal avantage d’être représenté par un tel groupe est la négociation de meilleures conditions d’emploi (salaire, bénéfices, heures, etc.). Un autre avantage net est celui d’être mieux représenté dans des cas de harcèlement et de recours devant les tribunaux avec de l’aide juridique appropriée. Étant une organisation internationale visant la création de syndicats locaux, Games Workers Unite est un mouvement qui pourrait faire bien des petits dans les mois et années à venir.

Sur le même sujet