Ray Gigant : notre critique du portage offert sur Steam

Ray Gigant : notre critique du portage offert sur Steam

18 août 2016 Non Par Sarah Szefer

Dans un Tokyo post-apocalyptique, des jeunes luttent au sein d’une organisation secrète afin de contrer une invasion de créatures gigantesques. Tous les espoirs reposent sur Ichiya Amakaze, un adolescent doté d’un étrange pouvoir tiré d’un esprit animal, le Yorigami.

Ray Gigant est un jeu d’exploration de donjons à la première personne créé par les spécialistes du genre, Experience Inc. (Demon Gaze, Operation Abyss, Stranger of Sword City). Au Japon, il a été publié par Bandai Namco, tandis qu’en Occident, Acttil le distribue. Après une première sortie nord-américaine en numérique sur la PlayStation Vita, Ray Gigant a eu droit à un portage sur PC, disponible par l’entremise de Steam.

Le jeu, qui est divisé en trois sections mettant en vedette un protagoniste différent, comporte des éléments de roman visuel (même si les choix de réponse n’ont aucune incidence sur l’intrigue) et d’exploration de donjon à la Wizardry. Les combats, quelque peu tactiques, requièrent de partager des points d’action entre chacun des trois membres de l’équipe, que ce soit pour lancer des sorts ou pour attaquer. De plus, lors des affrontements contre les boss, le protagoniste peut déclencher le Slash Beat Mode, un jeu de rythme plutôt élémentaire qui permet de lancer de puissantes attaques.

ray gigant slash beat mode

De tout le catalogue d’Experience Inc., Ray Gigant se distingue par son niveau de difficulté réduit et par sa structure permissive; chaque donjon indique dès le début l’emplacement des ennemis et leur niveau (bleu pour les ennemis faciles, jaune pour les moyens et rouge pour les plus difficiles); les points de vie sont restaurés après chaque combat et, avant chaque boss, on retrouve un point de sauvegarde et de restauration des ennemis du donjon (si l’on désire obtenir davantage de points à allouer pour les attributs des personnages). Ainsi, en cas d’échec lors d’un tel combat, tout n’est pas à refaire.

ray gigant boss

La version PC sur Steam fonctionne comme un charme, même sur un ordinateur plus ancien. Bien qu’il soit possible d’utiliser le clavier et la souris pour les commandes du jeu, l’utilisation d’une manette s’avère plus confortable (il faut tout de même utiliser la souris pour lancer les combats contre les ennemis après avoir alloué les points d’action). Par ailleurs, la mécanique de jeu de rythme se contrôle mieux avec une manette qu’avec le clavier. Le texte est très lisible (par contre, aucune option pour réduire la taille de la police de caractères) et le portage demeure très fidèle à la version d’origine sur Vita.

ray gigant story

Ray Gigant se démarque des autres jeux du même genre par ses éléments originaux et sa difficulté réduite, mais il est loin d’être parfait. Le protagoniste du premier tiers est tout simplement antipathique; heureusement, ce n’est pas aussi extrême pour les deux autres personnages principaux, mais pour y accéder, encore faut-il se rendre jusqu’à leurs chapitres respectifs.

La conception artistique des personnages est tout aussi inégale : les filles sont mignonnes, mais on sent que le concepteur a plus de difficulté à créer des personnages masculins attrayants. Alors que les ennemis ne sont pas particulièrement variés, la structure des donjons n’est pas toujours la même. Comme dans tout bon jeu d’exploration de donjon, on finit par vouloir compléter chaque carte à 100 %, même s’il n’est pas nécessaire de le faire.

Ray Gigant est un jeu moyen qui, malheureusement, n’est pas à la hauteur de ce à quoi son développeur nous a habitués. Il ne marquera donc pas les esprits; aussitôt joué, aussitôt oublié.

Verdict
Appréciation globalewww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com

Sur le même sujet