Entrevue : Flip Jeux Vidéo

Entrevue : Flip Jeux Vidéo

Non Par

Depuis février 2013, une nouvelle entreprise dynamique d’achat et de vente de jeux vidéo a vu le jour à Québec. Installé dans un modeste local du boulevard Masson près du terminus d’autobus Les Saules, Flip Jeux Vidéo s’est taillé une excellente réputation en peu de temps auprès des amateurs de ce hobby. Nous avons eu la chance de poser quelques questions aux propriétaires Jason Vachon et Hugo Ducharme Lévêque qui ont accepté volontiers de nous en dire plus à propos de leur ambitieux projet. Voici notre entrevue exclusive :

Gamer Québec : Je vous remercie de prendre quelques minutes de votre temps pour répondre à nos questions. D’entrée de jeu, j’aimerais savoir quel a été l’élément motivateur derrière la création de votre entreprise?

Flip JV : Moi et Hugo nous nous connaissons depuis un bon moment. Tous les deux avons toujours eu comme idée de devenir entrepreneurs, mais nous n’avions pas d’idée vraiment précise sur le type d’entreprise que nous aimerions avoir. Au moment de la sortie de la Nintendo Wii, Hugo avait profité des ruptures de stock pour faire de la revente, mais uniquement de consoles, d’accessoires et de jeux Wii; ça avait bien fonctionné. Comme Hugo avait déjà tâté le terrain et que nous étions tous deux amateurs de jeux vidéo, nous nous sommes dits que nous pourrions commencer par revendre quelques jeux pour voir ce que ça donnerait et nous avons obtenu des résultats assez satisfaisants rapidement.

GQ : Pouvez-vous nous en dire plus quant à votre profil et votre cheminement en tant que jeunes entrepreneurs (formation, parcours de vie, etc.)?

Flip JV : Nous avons des parcours vraiment différents. Hugo a une formation en programmation informatique ainsi qu’un BAC en finance. Il a également acquis une solide expérience dans le service à la clientèle dans les restaurants pendant ses études. Pour ma part, j’ai également travaillé dans les restaurants et occupé à peu près tous les postes inimaginables; de plongeur à gestionnaire. À la suite de mes années de restauration j’ai été charpentier menuisier dans le domaine de la construction. Nous sommes donc loin de la revente de jeux vidéo.

GQ : En début d’aventure, n’aviez-vous pas peur d’échouer? Le marché des jeux vidéo usagés est très compétitif avec la multitude d’avenues Web (Kijiji, eBay, etc.) et de commerces bien établis pour se procurer ces biens.

Flip JV : Au début, la peur d’échouer n’existait pas et la raison est bien simple. Nous avons vraiment investi très peu au départ. Dans le pire des cas ça n’allait pas fonctionner et nous n’aurions rien perdu, monétairement du moins. Notre principe a toujours été de ne pas s’endetter et de réinvestir tous nos profits afin de toujours grossir notre inventaire et améliorer notre efficacité. Il n’y avait également aucune peur puisque nous opérions à partir de mon appartement, donc aucun coût de ce côté. La peur de l’échec vient surtout à chaque étape de vie de ton entreprise, à chaque fois que tu prends le « next step ». Pour nous, le premier « step » réel a été de déménager de mon petit appartement vers notre premier local officiel en tant qu’entreprise officielle. C’est un gros changement puisqu’on ne pouvait pas savoir à ce moment quelle serait la réponse des clients. Elle a été très bonne finalement 🙂

Tu parles de la compétitivité du marché et elle est bien réelle, encore plus au moment d’écrire ces lignes, qu’au départ de notre entreprise. C’est vraiment la loi de la jungle, surtout dans les jeux rétros. Ils sont beaucoup plus facile à vendre qu’à trouver.

Il y a certainement une compétition avec les autres boutiques de la ville mais nous sommes confiants dans notre façon de fonctionner. Je crois sincèrement que nous avons su nous démarquer et ce, assez rapidement. Nous sommes très fiers d’avoir instauré avec d’autres boutiques une collaboration gagnante-gagnante pour les deux partis. Nous échangeons régulièrement des surplus avec d’autres magasins qui ont également des surplus. De cette façon nous pouvons offrir une plus grande diversité et ce son nos clients qui en profitent au bout du compte.

Les sites comme Ebay et Kijiji ont été de puissants alliés plutôt que de la compétition je dirais. Notre magasin n’a jamais fait de publicité ou presque. Un site Web comme Kijiji, qui est gratuit, attire des milliers de visiteurs à chaque jour, c’est une visibilité incroyable à peu de frais. Nous nous sommes surtout fait connaître de cette façon en y affichant plusieurs petites annonces à chaque jour, et nous le faisons encore! Pour ce qui est d’Ebay, il a toujours été pour nous une autre source de revenus. Nous y avons affiché des centaines d’items et vendu plusieurs choses que nous aurions eu de la difficulté à vendre en magasin. Par contre, depuis la création de notre site web (www.flipjeuxvideo.com) nous y sommes moins présents, mais Ebay demeurera toujours une référence pour vendre certains items plus spécifiques ou plus rares.

flip jeux video

Un aperçu du local de Flip Jeux Vidéo sur le boulevard Masson

GQ : J’ai cru lire que vous avez démarré Flip Jeux Vidéo en ayant seulement une console Wii et une poignée de jeux en inventaire. Pouvez-vous nous raconter toute l’histoire à ce sujet?

Flip JV : En effet, nous avons démarré notre commerce en achetant une console Wii super bien équipée à bon prix. Je crois que notre première vente a été un Rock Band pour la Wii. À partir de ce moment nous avons toujours réinvesti nos profits pour grossir notre inventaire et nous n’avons jamais regardé derrière depuis ce moment. Pour tous ceux qui croient qu’on a besoin de beaucoup d’argent pour se partir en affaires c’est faux. Il y a certainement plusieurs domaines qui nécessitent des investissements plus importants, mais si on croit vraiment en notre projet et qu’on s’y investi, les résultats vont suivre.

GQ : D’après vous, qu’est-ce qui vous démarque le plus de la concurrence?

Flip JV : Je crois que nous avons un modèle d’affaires gagnant. Nous avons su investir l’argent au bon endroit pour le bénéfice de nos clients. Par exemple, nous avons loué un local très abordable pour débuter. De cette façon, nous avons diminué les risques d’échecs au départ et l’argent économisé a été investi pour grossir l’inventaire et pour se faire faire un programme sur mesure pour la gestion de notre inventaire ainsi que la facturation. C’est une fierté pour nous d’avoir réuni un aussi gros inventaire et ce, très rapidement. Nous essayons vraiment d’avoir des prix compétitifs par rapport au marché, autant en ce qui concerne la vente que l’achat de vos jeux vidéo. Nous nous efforçons également d’offrir un service à la clientèle impeccable. Un client heureux est un client qui va en parler et revenir! Nous avons également lancé en décembre dernier notre site Web. Tout notre inventaire en magasin se retrouve en ligne. On est tous d’accord qu’en 2015 une entreprise de notre genre se doit absolument d’avoir un site Web. Ce dernier nous permet de faire des ventes supplémentaires et de rayonner à l’extérieur de la ville de Québec. [http://www.flipjeuxvideo.com]

GQ : Récemment, vous avez déclaré sur votre page Facebook avoir servi votre 10 000e client en magasin. C’est là tout un exploit; comment comptez-vous demeurer une référence pour les fans de jeux vidéo dans la Ville de Québec pour les mois et les années à venir?

Flip JV : Oui! Nous avons servi notre 10 000e client dernièrement! C’est un beau chiffre 10 000 clients mais en réalité nous avons servi beaucoup plus de 10 000 clients dans les trois dernières années puisque ce chiffre ne compte pas tous les clients servis du temps où l’entreprise était encore un « passe-temps » plus qu’une entreprise. Nous comptons nous rendre à beaucoup plus que 10 000 clients! Nous allons continuer de faire ce que nous faisons déjà tout en nous améliorant. Je crois fermement que Flip Jeux Vidéo est là pour rester.

flip jeux video n64

Chaque jour ou presque, les propriétaires partagent les nouveaux arrivages en magasin sur leur page Facebook

GQ : Avec la distribution numérique des jeux qui prend de plus en plus d’ampleur dans l’industrie, craignez-vous que cela ait un impact sur votre commerce?

Flip JV : C’est certain que nous avons toujours le spectre de la distribution numérique qui plane sur nous. Si tout devenait numérique ça serait en effet un coup dur pour plusieurs boutiques indépendantes. Je crois tout de même que les grands fabricants se doivent d’être à l’écoute des consommateurs. On a tous vu l’erreur de Microsoft à l’E3 avant la sortie de la Xbox One : verrous généralisés, difficulté à partager les jeux…ce fut vraiment une erreur fondamentale, qu’ils ont corrigé par la suite. Ce qui est très bien et démontre qu’ils écoutent les joueurs. Ceux-ci sont souvent collectionneurs, ils ont besoin d’avoir des jeux physiques entre les mains. Il y a une fierté à posséder les versions matérielles. Tant et aussi longtemps qu’ils seront à l’écoute, les boutiques comme la nôtre n’auront pas trop à s’inquiéter.

GQ : Les jeux rétro ont la cote plus que jamais et pas qu’ici. Selon vous, pourquoi est-ce le cas?

Flip JV :Les jeux rétros ont en effet vraiment la cote depuis un certain temps. Ces jeux chatouillent la fibre nostalgique de plusieurs gamers et ils sont prêts à mettre le prix pour revivre ces moments de leur enfance. Je crois aussi fermement que les consoles rétros demeurent les meilleures pour les plus jeunes. Premièrement, la plupart des jeux ne sont pas violents et d’une certaine simplicité. On appuie sur « power » puis sur « start » et on joue. Maintenant avec les nouveaux jeux, il faut l’installer, faire la mise à jour, ajuster les paramètres, suivre le didacticiel…souvent après 1h nous n’avons pas encore commencé à jouer. Les jeux rétros plaisent vraiment à tout le monde. Qui n’aime pas jouer à Super Mario Bros 3!?

GQ : Quel est le bijou de votre collection en ce moment, toutes consoles confondues?

Flip JV : Nous avons plusieurs bijoux en magasin. Les plus dispendieux sont Wacky Races en boîte sur NES, The Misadventures of Tron Bonne sur Playstation 1 qui sont des jeux à plus de 200 $. Nous avons également quelques copies du fameux Earthbound pour la Super Nintendo. Il y a également plusieurs RPG qui sont très dispendieux, je pense entre autres à .Hack Quarantine sur Playstation 2 et à Suikoden II sur Playstation 1. Nous avons certainement une centaine de jeux en stock qui sont au-dessus de 100 $. Pour le rétro gamer qui s’y connait un peu, il y a plusieurs belles trouvailles à faire dans notre magasin. Nous avons même déjà eu le jeu Aerofighters pour la Super Nintendo. Il s’est vendu plus de 400 $ et ça a été une aubaine par rapport à son prix actuel!

GQ : Pour conclure, quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui, comme vous, aimerait se lancer en affaires?

Flip JV : On cherche toujours à connaître la façon d’obtenir du succès en affaires. Il n’y a pas vraiment de secret. Il suffit de croire en son projet et d’y travailler tous les jours et d’être créatif. Le succès vient en travaillant, rien n’arrive par hasard. Entourez-vous des bonnes personnes, qui pourront vous pousser à aller plus loin. Plusieurs personnes ont des idées géniales qu’ils vont garder jusque dans leur tombe. Osez et croyez en vos idées, ça pourrait vous mener loin!