Hatred retiré de Steam Greenlight

Hatred retiré de Steam Greenlight

15 décembre 2014 Non Par Michaël Bertiaux

Malgré un nombre de votes suffisant pour apparaitre sur le service Steam Greenlight, le jeu Hatred de Destructive Creations a été retiré peu de temps après son arrivée. « En fonction de ce que nous avons vu sur Greenlight, nous ne publierions pas Hatred sur Steam. Ainsi, nous allons retirer le jeu », a déclaré le directeur marketing de Valve, Doug Lombardi, aux créateurs de cette production.

Hatred est au cœur de bien des discussions depuis son annonce il y a quelques semaines. Vous y incarnez un dérangé qui s’attaque aux civils et aux policiers dans des environnements réalistes, le tout présenté sous forme isométrique. Les responsables du studio derrière ce projet sanglant n’ont pas tardé à commenter la situation : « Même si des jeux tels que Manhunt et Postal sont toujours disponibles sur Steam, nous respectons bien entendu la décision de Valve puisqu’ils en ont le droit. Par le fait même, nous désirons vous rassurer que cette décision n’influencera pas le développement du jeu, sa vision ou les fonctionnalités que nous tâchons de réaliser. Le jeu est toujours prévu au second trimestre de l’année 2015, tel que prévu. De plus, nous ne considérons pas cet événement comme un échec car, une fois encore, l’expérience nous a encore prouvé qu’il y a un énorme soutien de la part de la communauté qui nous dépasse même. Après seulement quelques heures sur le service Greenlight, Hatred avait recueilli 13 148 votes positifs et occupait la 7e position du top 1000 ».

Censure ou bon goût?

Le cas du jeu Hatred est intéressant peu importe que vous aimez ou non la violence dans les jeux vidéo. Steam a exercé son droit de « véto » en refusant de le vendre sur son service Greenlight, mais est-ce vraiment justifié? La question se pose car, tel que mentionné par les créateurs du jeu, d’autres titres tout aussi dérangeants sont vendus sur cette plateforme. Y’a-t-il vraiment une différence entre un ancien prisonnier devant assassiner froidement des gangs de rue (Manhunt) devant les caméras d’un producteur fou et un homme qui décide de zigouiller toute forme de vie dans son voisinage? On pourrait dire que oui : l’un est scénarisé et l’autre très gratuit. Toutefois, je ne crois pas que Valve doit trancher dans de pareils cas; en tant qu’adulte, j’aimerais ne pas me faire dire quoi (ou ne quoi) acheter.

Je comprends que Hatred a touché une corde sensible, surtout aux États-Unis où les fusillades sont monnaie courante. Par contre, je ne crois pas que la solution est de retirer de pareils jeux du marché. Il serait bien plus intelligent de laisser les critiques parler d’elles-mêmes. Au lieu de cela, Hatred se bâtit une véritable réputation du fruit défendu, et devinez ce que cela engendre? Plus de demande. C’est un cercle vicieux et je pense que Valve n’a pas visé juste. Destructive Studios a sans doute calculé cette controverse dans la création du projet et les médias leur donnent raison. Qu’en pensez-vous?

hatred

Source : Hardcore Gamer

Sur le même sujet