Études et jeux vidéo font la paire à l’Université de Sherbrooke

Études et jeux vidéo font la paire à l’Université de Sherbrooke

31 janvier 2014 Non Par Michaël Bertiaux

Les étudiants de l’Université de Sherbrooke pourront bientôt suivre un cours alliant jeux vidéo et histoire, une idée originale du professeur Jean-Pierre Le Glaunec. Voici un article intéressant à ce sujet publié sur le site officiel de l’UdeS :

Jouer à un jeu vidéo dans un cours d’histoire? Pourquoi pas! C’est l’une des activités que le professeur Jean-Pierre Le Glaunec compte désormais assigner à ses étudiants après avoir travaillé comme consultant pour Ubisoft dans la conception de Freedom Cry, la première extension du jeu Assassin’s Creed IV.

Spécialiste de l’histoire d’Haïti et de l’esclavage, le professeur Le Glaunec a répondu à plusieurs questions d’ordre historique pour améliorer le réalisme de Freedom Cry – dont le personnage principal, Adewale, est un ancien esclave. L’action du jeu se déroule à Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti) vers 1735.

Apprenez-en plus aux Portes ouvertes

Le professeur Jean-Pierre Le Glaunec partagera son expérience avec Ubisoft lors d’une conférence qu’il prononcera dans le cadre des Portes ouvertes de l’UdeS le 8 février prochain à 11 h 30 au Centre de documentation (A3-330) de la Faculté des lettres et sciences humaines.

En plus de cette expérience, il présentera également le nouveau cours Histoire, jeu vidéo et ludification. Les futures étudiantes et les futurs étudiants auront ainsi l’occasion d’en savoir plus à ce sujet.

Un autre cours sera aussi à l’honneur, il s’agit de Stage, pratique et expérimentation, un cours obligatoire de 3e année, basé sur l’intégration des connaissances acquises au cours du bac. Ainsi, dans ce cours, les étudiantes et les étudiants auront à développer un portfolio électronique et un projet personnel en plus d’avoir à suivre un stage dans une organisation de leur choix selon leurs intérêts et l’avenir professionnel qu’ils envisagent.

Rendez-vous le 8 février à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke.

Information complémentaire

Un article de Sarah Saïdi

Sur le même sujet