La mort des codes de triche dans les jeux vidéo

La mort des codes de triche dans les jeux vidéo

15 novembre 2012 Non Par Michaël Bertiaux

Je ne suis certainement pas seul à m’ennuyer de l’époque où les jeux vidéo offraient des petits à-côtés grâce aux codes de triche ou cheat codes si vous préférez. Que s’est-il donc passé pour qu’une philosophie créative change de cap de façon aussi radicale? De nos jours, les développeurs préfèrent offrir leur contenu au compte-goutte par l’intermédiaire des réseaux en ligne, que ce soit le PlayStation Network, Steamworks ou le Xbox Live Marketplace. C’est bien plus payant ainsi. J’ai aussi l’impression que les têtes dirigeantes de l’industrie ne voient que des signes de dollar lorsqu’ils s’imaginent les joueurs. Pourtant, un jeu vidéo est d’abord et avant tout un divertissement, du moins à nos yeux, une réalité diamétralement opposée à celle des compagnies, qui voient ce médium en tant qu’investissement. Je m’égare un peu. L’absence de codes de triche représente, à mon avis, une perte d’intérêt à aller au-delà de l’effort initial de créer un produit sur le marché. Est-ce moi qui est vieux jeu? Possible. N’empêche, ces attentions uniques avaient leur propre charme, qui s’est perdu. Et ça ne se limitait pas qu’au Konami Code non plus. Historiquement parlant, les codes avaient une fonction primordiale : ils remplaçaient un système de sauvegarde à eux seuls. Qui ne se souvient pas d’avoir pris des notes pour la séquence de chiffres (ou était-ce des icônes?) des premiers Megaman?

Je crois que davantage de développeurs devraient « lâcher leur fou », pour ainsi dire. Voici trois codes de triche qui m’ont marqué. Quels sont les vôtres?

big head mode

Big Head Mode – Goldeneye

starcraft

Black Sheep Wall – Starcraft (rien de tel que de voir toute la carte dès le début!)

gta 3

Rhino Code Grand Theft Auto 3 (un char d’assaut, merci!). Oh, et tous les codes des anciens GTA en fait.

 

Sur le même sujet