Critique : Pokémon version Blanche 2

Critique : Pokémon version Blanche 2

10 octobre 2012 Non Par Michaël Bertiaux

Deux ans se sont écoulés depuis que les plans de N et de la Team Plasma visant à conquérir Unys ont été contrecarrés. Aujourd’hui, un nouveau héros part à l’aventure dans cette même grande région, débutant son périple à Pavonnay plutôt qu’à Renouet, comme c’était le cas dans Pokémon version Blanche. Bianca, qui a accompagné le héros de la première version tout au long de son voyage, nous entraîne maintenant à remplir le Pokédex afin d’aider le professeur Keteleeria dans ses recherches. C’est également d’elle que l’on obtient son tout premier Pokémon, soit Moustillon (eau), Vipelierre (plante) ou Gruikui (feu). Dans cette nouvelle version du jeu, on peut retrouver certains personnages familiers, tels que le professeur Keteleeria, Bianca, qui est maintenant l’assistante de cette dernière, Tcheren, que l’on doit affronter pour obtenir le premier badge et Goyah, ce maître de la Ligue d’Unys qu’on a pu affronter dans la version Blanche.

pokemon white 2

Comme à son habitude, Nintendo a su développer un jeu intéressant et amusant. La qualité visuelle de la version Blanche 2 est très semblable à la version précédente. Cependant, lors des combats, quelques détails ont été ajoutés, par exemple des flammes qui tourbillonnent avant de foncer vers l’ennemi. Les différences graphiques que nous pouvons observer entre les deux nouvelles versions – Blanche 2 et Noire 2 – touchent l’apparence des villes et des paysages variés, comme c’était le cas dans les versions précédentes. Les travaux maintenant terminés sur la route 4 ont donné place à la Ville Noire et à la Forêt Blanche. Au niveau sonore, les musiques sont semblables à l’autre version, mais un nombre de variations ajoutent du style à la formule habituelle.

pokemon white 2 combat

Bien que le jeu se compare aisément à sa version antérieure – il s’agit d’une suite après tout – force est de constater certains changements. D’abord, à l’écran titre, on voit apparaître Reshiram, un Pokémon légendaire, alors que dans Pokémon version Blanche, il s’agissait de Zekrom. Effectivement, en vainquant N, on obtient le galet blanc plutôt que le galet noir, comme c’était le cas par le passé. Aussi, en plus de gagner des badges dans les arènes en y affrontant des champions, il est possible d’accumuler des médailles après avoir rencontré un maître des médailles dans chaque centre Pokémon. Des indices nous sont donnés afin de se mériter davantage de ces médailles offertes en plusieurs variétés : d’aventure, de loisir, de combat, de défi et spéciales. Une autre différence importante présente dans cette nouvelle version est le Pokéwood. Précédemment, nous pouvions accompagner nos monstres de poche dans le Music-Hall Pokémon, où il était possible de les costumer et de les faire défiler. Dorénavant, nous sommes en mesure de tourner des films avec lesdits compagnons en se rendant au Pokéwood.

pokemon white 2 fall

Pour ce qui est des ressemblances, il y a les personnages, comme mentionné précédemment, mais également le Vokit, cet appareil nous permettant de communiquer avec les gens rencontrés sur notre chemin.  On le reçoit dès le début du jeu et on peut y ajouter des contacts en cours d’aventure. Le C Gear est de retour, lequel est utilisé afin de combattre des amis en réseau ou d’effectuer de courtes missions. Il existe aussi des mini-jeux réalisables grâce au monde des rêves où se cachent certains Pokémon uniques. L’action de Pokémon version Blanche 2 prend place au cours de quatre saisons (été, automne, hiver, printemps) et la présence du soleil ou de la lune, selon l’heure à laquelle on joue, influence les événements du jeu, en particulier les Pokémon que vous affronterez.

Aux yeux des fans de Pokémon, ce jeu est amusant et propose de nouveaux défis, tout en conservant les mêmes bases : capturer un maximum de Pokémon et vaincre le Conseil des Quatre. Un des avantages qui m’a particulièrement plu par rapport à cette nouvelle version réside dans le fait que, dès le début du jeu, tous les Pokémon sont accessibles, de la première génération à la plus récente. À propos de la durée du jeu, elle est comparable avec les précédentes versions. Vous pouvez calculer une vingtaine d’heures pour compléter l’histoire principale, et beaucoup plus si vous avez en tête d’obtenir le « bestiaire » complet et ainsi atteindre le rang d’entraîneur exemplaire!

Une critique de Karine Doyon

[easyreview title=”Verdict” cat1title=”Résumé” cat1detail=”” cat1rating=”4″]

Sur le même sujet